De la rhétorique classique à la théorie des figures de style

La rhétorique : ou l’art de persuader et de bien dire.

La conception de la rhétorique a largement évolué au cours des siècles. A l’âge classique, elle est pour Aristote l’art de persuader par le discours. Selon les règles de l’art oratoire, pour entraîner l’adhésion un discours doit mettre en oeuvre cinq composantes :

  1. l’invention : sur quelle matière se fonder? Quelle preuves apporter au discours?
  2. la disposition : comment organiser les preuves?
  3. l’élocution : quels procédés de style peuvent orner le discours?
  4. l’action : quels gestes, quelles prononciations sont efficaces?
  5. la mémoire : comment faire mémoriser les arguments développés à l’auditeur?

L’enjeu de la rhétorique est la communication avec l’autre et la volonté de persuader mais la persuasion comme dialogue avec l’autre associe l’art de plaire et d’émouvoir. La rhétorique ancienne mettait en jeu deux niveaux de langage : un langage propre et un langage figuré. La figure ne servait qu’à passer d’un niveau à l’autre. Autrement dit, la figure était un ornement qui galvaudait le sens direct d’un message simple.

CET ARTICLE A ETE DEPLACE, RETROUVEZ DESORMAIS LES COURS DE COMMUNICATION ICI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s