Qu’est-ce qu’une figure de style?

Jacques Durand dans un article intitulé Rhétorique et publicité dans « Communications n°15 » analyse la figure comme « une transgression feinte d’une norme ». Il cite pour exemple la trangression orthographique que s’autorise la publicité ainsi que celles sociales ou morales.

Il ajoute aussi que « même feinte, la transgression apporte une satisfaction à un désir interdit et parce que feinte, elle apporte une satisfaction impunie ». Le but premier de l’utilisation des figures de style en publicité est donc de satisfaire le désir inavoué du récepteur.

D’où l’importance de connaître des notions de psychosociologie pour apprécier et interpréter le message publicitaire. L’analyse rhétorique d’une annonce publicitaire permettra d’interpréter le message de l’annonceur à travers son discours. Il s’agira de regrouper toutes ces notions et de faire une analyse globale du message et non de les lister sans faire de lien entre elles.

Si les figures sont nécessaires à la persuasion, on peut les trouver dans n’importe quel typz de production verbale : oral, spontané, familer, écrit poétique…

POUR LIRE LA SUITE DE CET ARTICLE, RENDEZ VOUS SUR LE NOUVEAU SITE DE COURS DE COMMUNICATION ICI 🙂

De la rhétorique classique à la théorie des figures de style

La rhétorique : ou l’art de persuader et de bien dire.

La conception de la rhétorique a largement évolué au cours des siècles. A l’âge classique, elle est pour Aristote l’art de persuader par le discours. Selon les règles de l’art oratoire, pour entraîner l’adhésion un discours doit mettre en oeuvre cinq composantes :

  1. l’invention : sur quelle matière se fonder? Quelle preuves apporter au discours?
  2. la disposition : comment organiser les preuves?
  3. l’élocution : quels procédés de style peuvent orner le discours?
  4. l’action : quels gestes, quelles prononciations sont efficaces?
  5. la mémoire : comment faire mémoriser les arguments développés à l’auditeur?

L’enjeu de la rhétorique est la communication avec l’autre et la volonté de persuader mais la persuasion comme dialogue avec l’autre associe l’art de plaire et d’émouvoir. La rhétorique ancienne mettait en jeu deux niveaux de langage : un langage propre et un langage figuré. La figure ne servait qu’à passer d’un niveau à l’autre. Autrement dit, la figure était un ornement qui galvaudait le sens direct d’un message simple.

CET ARTICLE A ETE DEPLACE, RETROUVEZ DESORMAIS LES COURS DE COMMUNICATION ICI